Auxiliaire de Puériculture, je m'installe comme assistante maternelle à Briis sous Forges.

J'ai 32 ans, je suis maman de deux enfants (8 et 4 ans). J'accueille des enfants de 0 à 3 ans à la journée.

Je ne fume pas et Jiji est le petit chat de la maison... mais il prefère avant tout passer son temps dehors.

Ma formation d'Auxiliaire de Puericulture

Et bien il s'agit tout simplement d'un diplôme d'état faisant suite à un an de formation spécialisée dans la petite enfance. Une année où s'alternent periode de stages (6 mois) et periode de formation théorique/pratique.

La différence avec le CAP Petite enfance, c'est qu'en tant qu'auxiliaire, nous avons la possibilité de travailler en maternité, en néonat, en pédiatrie, auprès d'enfants porteurs de handicap ou même en crèche... ! C'est une formation poussée articulée autour de 8 modules :

 

  • accompagner l'enfant dans les activités d'éveil et de la vie quotidienne et les parents dans leur rôle éducatif ;
  • apprécier l'état clinique d'une personne à tout âge de la vie ;
  • réaliser des soins adaptés à l'état clinique de l'enfant ;
  • utiliser les techniques préventives de manutention et les règles de sécurité pour l'installation et la mobilisation ;
  • établir une communication adaptée à la personne et à son entourage ;
  • utiliser les techniques d'entretien des locaux et du matériel spécifiques aux établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux ;
  • rechercher, traiter et transmettre les informations pour assurer la continuité des soins et des activités ;
  • organiser son travail au sein d'une équipe pluri professionnelle.

 

J'ai également suivi en complément, une formation aux gestes et soins d'urgences de niveau 2 (FGSU) et une formation pour l'accompagnement à l'allaitement maternel et massage bébé.

Donc pour résumer, le rôle de l'auxiliaire de puériculture s'inscrit dans une approche globale de l'enfant et prend en compte la dimension relationnelle des soins ainsi que la communication avec la famille dans le cadre du soutien à la parentalité. 

D'ailleurs, avec les parents et les enfants que j'ai accompagnés cette année, le maintien de l'allaitement maternel était une des priorités.